Il dirige l’une des entreprises les plus emblématiques de Bourges, présente et connue aux quatre coins du monde et pourtant, quand on le rencontre, on est tout de suite frappés par la simplicité et l’accueil familial que nous réserve Olivier Monin. Son attachement à la ville se fait vite sentir quelques jours après l’ouverture de son nouveau projet, en plein centre de Bourges, la Villa Monin. Un projet qu’il a hâte de faire découvrir et qu’il souhaite faire apprécier aux visiteurs comme aux Berruyers.

Il en pense quoi Olivier Monin ?

Olivier Monin

Quel état d’esprit a-t-on lorsqu’on est à la tête de cette entreprise familiale à l’aura internationale  ?
J’aime transmettre l’idée de faire quelque chose de différent. Depuis que j’ai repris l’entreprise, en 1986, j’ai tout de suite eu l’envie qu’on se différencie, d’être pionnier, défricher, construire une mode et une marque. C’est la force d’une entreprise, de relever des challenges, d’être curieux et pionnier ! Je n’aime pas faire comme tout le monde et aime proposer des produits différents des autres.

Quelles sont les valeurs de l’entreprise que vous souhaitez transmettre ?  
La simplicité et les valeurs familiales. On travaille toujours dans cette ambiance qui nous est propre, et ce, partout à travers nos usines et bureaux dans le monde. On ne se sent pas grandir et c’est notre challenge de le faire en gardant cette proximité. À Bourges, nous sommes 250, tout le monde se connaît, l’ambiance est très familiale. 

Comment est né le projet de la Villa Monin ? Et son concept ?
Ça nous a toujours été demandé, du temps de mon père déjà : « quand est-ce que vous ouvrez une boutique, il n’y a pas d’endroits où acheter les sirops ? ». On ne cherchait pas fatalement à le faire, mais c’est l’opportunité de ce site, en plein centre-ville qui a relancé l’idée. C’est notre force par rapport à d’autres : se lancer sur des projets grâce à notre curiosité et aux opportunités que l’on sait saisir. 
On veut que ce lieu reflète notre état d’esprit familial, d’où le nom de Villa. Comme dans une maison, on retrouve plusieurs pièces avec différentes fonctions et un jardin dans la cour. On souhaite que les gens aient envie de se poser là et de repartir avec un peu de l’esprit Monin, que ce soient les visiteurs ou les habitants. 

Pourquoi est-il important pour vous que Monin reste à Bourges ?
Quand est venue l’idée de construire nos nouveaux locaux, nous avons tout envisagé. Mais finalement, on ne s’est pas posé la question très longtemps ! Je suis de Bourges… On est fiers d’être Berruyers et on n’a pas envie de partir ! 

Palais Jacques Cœur
Cathédrale de Bourges

Votre endroit préféré à Bourges ?  
J’adore le Palais Jacques Cœur et les marais pour les balades, on y croise plein de gens… Et la promenade des remparts. Je suis également très fier des Maisons de la Culture, des 2 ! Et quelle programmation ! 

Votre parfum de sirop préféré  ?  
C’est dur, il y en a plein… En ce moment, j’aime beaucoup celui à la pêche blanche et la future gamme de sirops sans sucre, 100 % naturels, que nous sommes en train de tester.  

Un cocktail ou une création Monin que vous aimez particulièrement  ?  
La gamme Paragon que nous avons lancé juste avant la crise sanitaire. Ce n’est ni un sirop, ni un alcool. On peut le boire avec un Perrier ou une boisson alcoolisée type Vodka, Gin, Tequila ou Whisky. Les grands barmen commencent à la lancer dans le monde.  

Votre prochain challenge  ?  
Je suis très impatient de faire visiter la Villa Monin ! J’espère que le lieu sera apprécié aussi bien des visiteurs que des habitants.  

Villa Monin
Villa Monin @ Ad2T

Dans les coulisses de la Villa Monin

Commentaires

Aucun commentaire.


Ajouter un commentaire