ville de bourges

Bourges est une ville à l’histoire riche et glorieuse. Elle a connu de multiples visages et diverses fortunes qui font aujourd’hui son caractère. En voici un bref résumé, pour en savoir plus, RDV sur ce site.

« Une des plus belles ville de Gaule »

Cette affirmation flatteuse nous vient de Jules César. C’est ainsi qu’il décrivit Avaricum (nom romain de Bourges) avant d’en faire le siège en 52 avant JC.

Quelques ellipses plus tard, nous voici au Moyen-Âge où l’essor de Bourges s’accélère. Cela se manifeste par l’édification de la Cathédrale de Bourges et l’influence du Duc Jean de Berry qui développe l’aura de son duché dont Bourges est la capitale.

Notons qu’à cette époque, Bourges comptait 2 œuvres monumentales partiellement ou totalement réduites en poussière aujourd’hui : la grosse Tour et la Sainte-Chapelle (dont quelques vestiges subsistent à l’Hôtel de Département).

Après le Duc qui assura la prospérité de la Province, un nouvel épisode de l’Histoire de France s’ouvre avec Charles VII, Dirigeant contesté du Royaume de France en pleine guerre de 100 ans, il fit de Bourges, sa capitale. Entouré de sa cour, il reçu notamment Jeanne d’Arc et entama la reconquête de la France.

La ville de Jacques Cœur

Mais le « petit roi de Bourges », sobriquet donné à Charles VII ne deviendra pas dans les mémoires, LE personnage emblématique de la ville. La vedette lui sera volé par Jacques Cœur, un modeste commerçant berruyer qui deviendra l’homme le plus riche du royaume.

Aujourd’hui, le souvenir de cet homme est tenace à Bourges où tout ou presque porte son nom. Le plus beau souvenir qu’il a laissé est sans conteste le Palais qu’il se fit construire et qui est considéré de nos jours comme l’un des plus beaux édifices civils gothiques de France.

Bourges, ville de Province

Concurrencée par la suite par les villes voisines de Tours et Orléans et foudroyée de dramatiques incendies, Bourges verra son influence s’éroder. Elle se démarquera tout de même au 16ème siècle par son université connue dans toute l’Europe et fréquentée par Calvin.

Les siècles suivants conforteront Bourges dans sa stature de capitale du Berry. Diverses industries y seront implantées, notamment l’armement à la suite d’une visite de Napoléon III.

Une ville à taille humaine

La mise en retrait de la ville au cours des siècles derniers aura eu un avantage pour Bourges, celui de la préserver du développement anarchique et à outrance qu’on pu connaître d’autres villes françaises. Ce retard qui était auparavant un frein, devient une chance et fait de cette ville vivante, une ville à taille humaine où le cadre et la qualité de vie sont aujourd’hui très prisés.