Les meilleures choses ont (une fin, mais surtout…) besoin de patience*. Les équipes et le public de la Maison de la Culture ont su faire preuve d’endurance justement. Après plus de 10 ans de « Hors-les-Murs », un des lieux les plus emblématiques de Bourges réinvesti la ville pour notre plus grand plaisir. Directeur depuis septembre 2011 de la Scène Nationale de Bourges et à l’origine de la programmation du spectacle vivant depuis la saison 2012/2013, Olivier Atlan nous fait visiter la « Maison » avec une fierté et un enthousiasme affiché et assumé.
Maison de la Culture

La « Maison », c’est bien plus qu’une salle de spectacles, c’est un instant artistique. Chaque membre de l’équipe y a mis un peu de lui. Après de beaux fous rires, de belles émotions et de moments de doutes, les lieux semblent déjà imprégnés d’une âme. Lors de notre visite, Audrey, Olivier et Kim ne se lassent pas de s’extasier et de vanter les mérites de ce « bel outil »… 10 ans de « Hors les Murs » n’auront pas suffi à calmer leur enthousiasme artistique. 

La « Maison » est grande et les dédales nombreux. Ce jour-là, quand nos équipes ont visité le chantier, nos yeux sont grands ouverts et on imagine déjà les danseurs, comédiens, techniciens, fourmiller dans ces lieux. Autant vous dire qu’on piétine d’impatience de pouvoir, nous aussi, profiter de cette Maison de la Culture aussi bien pour la danse, le théâtre, la musique et le cinéma. 

Il en pense quoi Olivier Atlan?

Olivier Atlan

Bonjour Olivier, quel est ton rôle exactement au sein de la MCB ?

Ce boulot est tout simplement génial. J’ai une direction générale sur la programmation artistique de la Maison. Une programmation dépend directement de la sensibilité de son directeur selon bien sûr un cahier des charges nationale pour le spectacle vivant et pluridisciplinaire. En plus de la programmation, je gère une équipe formidable, le relationnel avec les différentes institutions, les projets artistiques… le tout avec une immense liberté et tant qu’il y a du monde dans les salles, tout va bien !

La programmation d’une Scène Nationale, ça s’imagine comment ?

Dans les villes moyennes comme Bourges, il faut un peu de tout et trouver un bon équilibre entre la danse, la musique, le théâtre… Si nous ne faisions que du théâtre, ça n’irait pas. Les Scènes Nationales imposent une programmation pluridisciplinaire et c’est tant mieux… Il n’y a pas vraiment de quotas mais il faut trouver un équilibre entre les envies, la ville et son public. Inscrire les choses dans la durée est important pour gagner la confiance d’un public.

La programmation, avec un si bel outil, ça ressemblera à quoi ?

Concernant le spectacle vivant, dans la nouvelle maison, ce ne sera pas très différent. Avec le nouvel équipement en revanche, on pourra tout accueillir. Depuis plusieurs années, on était contraints de refuser certains spectacles pour des raisons techniques. Aujourd’hui, on va pouvoir ouvrir sur des formes comme le cirque en salle, des groupes de musique un peu connus,…  L’objectif c’est plus de présence des artistes dans la Maison, et surtout plus longtemps ! Il y aura TOUJOURS des artistes dans la maison ! Il faut que cette maison (re)devienne un lieu de vie … qu’il y ‘ait de la lumière tous les jours ! Que les portes soient ouvertes avec le cinéma, le restaurant et le spectacle. 

Selon toi, en quoi la MaisondelaCulture participe-t-elle au rayonnement de Bourges ?

Elle y participe surtout par son histoire et dans le réseau des Scènes Nationales tout le monde connaît la MaisondelaCulture comme un lieu de création. Elle est d’ailleurs considérée comme l’une des plus importantes « Maison » de France. L’atelier de décors est réputé et apparaît dans beaucoup de programmes ce qui lui confère un rayonnement national voir européen (en Suisse et Belgique). Elle marque l’image d’une ville culturelle.

Les artistes repartent dans quel état d’esprit par rapport à Bourges ?

Les artistes qui viennent ici sont tous épatés par la qualité de vie et la beauté de la ville… Et il faut savoir que les artistes sont d’excellents ambassadeurs ! Ils sont d’abord surpris, par le patrimoine, par le fait de tout faire à pied, et puis ça bouge : la place Gordaine est vivante toute l’année. Ceux qui restent plus longtemps apprécient les marchés. L’accueil que trouvent les artistes en arrivant est important, par la MaisondelaCulture bien sûr, mais aussi sur le territoire …

Et le public dans tout ça ?

La taille de la ville est un atout et ici, les gens viennent voir les artistes dans la rue ! Dans les grandes villes, ce rapport spontané n’existe pas. C’est une particularité du public berruyer, il se permet d’avoir ce contact spontané avec les artistes. C’est notamment lié au fait qu’à l’ancienne Maison de la Culture,  il y avait un café  où ils pouvaient approcher les artistes, c’est resté. Et ça va revenir aussi avec le restaurant et la terrasse ! Ça va redonner cette habitude au public. Chaque année, c’est plus de 300 artistes accueillis à Bourges et 1200 nuitées ! La MaisondelaCulture est très « vieille », c’est une habitude à Bourges d’aller voir un spectacle. Il y a un terreau culturel ici, c’est une évidence. Le Printemps de Bourges, la Cathédrale, l’école nationale des Beaux Arts, Emmétrop, l’Anterpeaux etc. 

La fierté de La MaisondelaCulture depuis que vous êtes là?

On a réussi à ce que ça reste une Maison, même sans mur !!!!! On a réussi à garder un lien…

Il faut que cette maison (re)devienne un lieu de vie... Qu'il y ait de la lumière tous les jours !
Olivier Atlan
Olivier Atlan
Directeur de la MCB

Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à venir voir un spectacle ? N’ayez pas peur de vos émotions !

Ton plaisir à Bourges ? Tu le résumerais comment ? C’est une rencontre impromptue liée à la taille de la ville et le marché du dimanche … On y croise des gens, on n’est pas prisonnier, parce qu’on peut croiser les gens partout … (Et le verre après le marché Place Gordaine !!!!!!) 

Ton envie : Pouvoir sortir du bureau et aller au cinéma.

Commentaires

Aucun commentaire.


Ajouter un commentaire